16/01/2013

Le tuyau du mercredi.

Comme indiqué précédemment, une aquarelle standard peut se simplifier en 3 étapes : le lavis primaire, le lavis secondaire et les détails.

En général, la qualité de l'aquarelle augmente en proportion de la surface qui peut être réalisée tôt dans le processus. Ainsi, une aquarelle comprenant peu de détails en raison de la capacité des lavis à contenir la figuration sera généralement mieux perçue en termes de 'magie de l'aquarelle'.

 

Le lavis secondaire.

Le lavis secondaire est appelé ainsi dans le sens qu'il 'suit' logiquement le lavis primaire et qu'il s'y superpose. Pour ce faire, il est indispensable que le lavis primaire soit absolument et entièrement sec. Si nécessaire on utilisera un sèche-cheveu pour s'en assurer.

Comme pour le premier lavis, on procèdera le plus possible avec un (très) gros pinceau. Les gros pinceaux en poil d'écureuil formant une belle pointe sont conseillés.

Ce second lavis est clairment l'étape la plus difficile de l'aquarelle. La raison est qu'un bon lavis secondaire doit à la fois être précis, spontané et rapide (!)

Précis : car il doit laisser apparentes les zones du lavis primaire qui sont nécessaires (les larges dégradés ainsi que les couleurs vives généralement) ainsi que les zones blanches.

Spontané : c'est le mélange des couleurs qui se fait automatiquement lors de la pose du lavis secondaire qui forme toute la magie de l'aquarelle. Il est conseillé de remplacer le plus possible le mélange des couleurs sur palette par un mélange 'sur papier' qui se fera 'naturellement' par la juxtaposition mouillée des larges coups de pinceau.

Rapide : comme il est vivement souhaité que se forme un mélange unique (formant précisément ce qu'on appelle un lavis), il faut poser tous les coups de pinceau avant séchage ; ce qui induit donc une nécessaire rapidité.

Comme pour le lavis primaire, certains aquarellistes procèdent de haut en bas. C'est une bonne idée car cela permet de s'assurer de l'humidité de la 'ligne de travail'. D'autres,  par contre,  ne suivent aucun ordre précis tout en procédant très rapidement.

Bien qu'il ne soit pas interdit de procéder à la pose de 3 ou 4 lavis, il est vivement conseillé de tenter de grouper tout cela en une seule pose : des objets, des bâtiments, des bâteaux, des personnages, des éléments d'arrière plan, des éléments d'avant plant : arriver à grouper tout cela dans un seul lavis, c'est le bingo assuré en terme d'effet.

C'est dans ce chapitre que je souhaite intégrer la célèbre polémique de l'aquarelle blanche : comme vous le savez sans doute, la 'lettre' de l'aquarelle interdit formellement l'utilisation du blanc (étant donné que celui-ci doit être formé par le papier lui-même). Si cette règle reste très importante pour les larges zones, on assiste de plus en plus à l'utilisation ciblée d'aquarelle blanche pour les détails. Bien que l'on puisse obtenir le même effet par masquage, le masquage tend à tomber en désuétude par le fait qu'il mène finalement au même résultat que la pose d'aquarelle blanche en se compliquant peut-être un peu inutilement la vie : il appartient à chaque aquarellistes de se positionner par rapport à cela : ce qui est toutefois certain, c'est que l'acceptation de retouches blanches permet d'aller beaucoup plus loin en terme de spontanéité dans la pose du lavis secondaire : il est excessivement difficile -surtout sous les contraintes de rapidité- d'arrêter un large coup de pinceau pendant un millimètre pour le reprendre ensuite ; surtout si l'on souhaite exploiter les coulées.

Contrairement à la différence entre lavis primaire et secondaire, il n'existe pas de limite précise entre lavis secondaire et détails : il arrive le moment où il est indiqué de travailler 'dans le mouillé' (ou wet-on-wet) dans le lavis secondaire -parfois avec un pinceau plus petit- afin de préciser certains éléments. On utilisera ce procédé pour distinguer des zones plus sombres au bas des bâtiments par exemple. En fait, si l'on a le temps (si le lavis n'est pas sec), il est toujours super de pouvoir travailler dans le mouillé en dehors du point focal. Il peut arriver que l'on travaille déjà 'dans le mouillé' avant d'avoir enièrement posé le lavis secondaire : ce sera le cas si l'on le pose strictement de haut en bas par exemple.

Je détaillerai la semaine prochaine le traitement des détails. S'il est difficile de préciser exactement quand cette étape commence, on peut toutefois affirmer que lorsque le lavis secondaire est sec, l'étape des détails a clairement commencé.

14:42 Écrit par EGH dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tuyau, egh, aquarelle, tableau, watercolor |  Facebook |

23/09/2009

croquis à Leers-Nord.

Ce weekend à Leers-Nord avait lieu une manifestation 'peintres dans la rue'. Voici une dame qui travaillait en face de moi et m'a gentiment prété sa table de travail.

leers1

 

18/01/2009

Le brise-lame

En général, je vous l'avoue, je suis rarement satisfait de mes tableaux. Il y a toujours au moins un détail qui fait que la déception domine.

Pour ce premier tableau de 2009, par contre, j'entrevois enfin un petit bout de Nirvana. Voilà, je l'afirme : je suis content de cette aquarelle. Evidemment, la théorie des balanciers dit que la prochaine devrait être un flop monumental.

briselame

13:19 Écrit par EGH dans paysages | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : mer, art, peinture, tableau, nieuport, egh |  Facebook |

28/12/2008

Heureuse année 2009

Voici un second portrait d'enfant réalisé récemment. Heureuse année 2009 à tous.

bebe23

10/12/2008

Deux bateaux II

Pour commencer la deuxième séance de travail, j'ai d'emblée commencé à préciser les éléments du centre d'intérêt du tableau.

bato2

19:54 Écrit par EGH dans paysages | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : art, tableau, aquarelle, egh |  Facebook |

Deux bateaux I

Après le dessin, voici les premières traces de couleur sur papier entièrement mouillé. Là aussi, gros problème de l'aquarelle : la prudence recommenderait de ne pas y aller trop fort. Hélas, comme il ne sera plus possible de retravailler avec le même taux d'humidité dans le papier, il est obligatoire de placer directement l'intensité de couleurs définitive (et évidemment ne pas oublier que les couleurs s'éclaircissent en séchant, hmmm...). Particularité : le gong a sonné et j'ai laissé le travail dans cet état pour quelques jours. Après la photo, j'ai encore jeté quelques gouttes d'eau dur la partie inférieure droite qui me paraissait trop uniforme.

bato1

08:04 Écrit par EGH dans paysages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, peinture, tableau, aquarelle, egh |  Facebook |

05/12/2008

Deux bateaux ; résultat final.

Voici ma petite dernière. J'ai tout de suite flashé sur le sujet lors de mes dernières vacances en Grèce. Le grand bateau plein de brol approché par le petit. Pour faire quoi ? Mystère.... Et j'adore les mystères...

bato8

 

21:20 Écrit par EGH dans paysages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : art, peinture, tableau, aquarelle, egh |  Facebook |